Let’s Nooz again

Bon allez hop, on se réveille, on se secoue les pixels, on échauffe ses petits doigts agiles, et on y va. Il est temps. Temps de reprendre ce petit blog où je me sentais finalement pas mal du tout. J’ai fait une pause, pris du recul, bu quelques bières et fait le point sur ma vie, c’est bon ça c’est fait, maintenant il faut avancer. Bon en fait pour être tout à fait honnête. J’ai (je ne sais plus pourquoi) fait une recherche sur le pseudo que j’utilise sur ce blog, et je suis tombée sur…moi ? Non. Une citation de Moi !!! Sur un autre site ! Non mais vous rendez compte ??????? Moi qui écrivait juste parce qu’un blog ça fait plus chic et tendance que des fiches de lectures raturées, moi, citée sur un autre site. Et en bien ! J’étais TROP fière. Jusqu’à ce que je me dise « merde, t’as rien écrit depuis des lustres, t’as même pas terminé les critiques commencées, t’es TROP nulle. La moindre des choses est de pointer à mon tour vers le blog en question, que vous trouverez ici.Alors je me reprends, et je reprends à un moment particulier de ma life, parce que je rentre des Utopiales. Parce que le projet que je couve jalousement depuis longtemps va peut-être aboutir. Il prend forme parce que j’ai enfin osé en parler à des « gens du milieu », et quel milieu ! Ils sont tous perchés… auteurs, libraires, traducteurs, éditeurs. Tous à l’ouest, et c’est juste du bonheur.
Si j’ai pu approcher tout ce beau monde, c’est grâce à une personne, un libraire que j’ai très effrontément appelé la veille de mon départ pour Nantes, parce que j’avais lu sur son blog (lui aussi il fait des chouettes fiches de lectures…) qu’il se rendait aux Utopiales. Pourquoi lui ? Excellente question, je n’en sais rien. Toujours est-il que je l’ai fait marrer, et qu’il a accepté de me rencontrer. En fait on s’est trouvés, on a bu une bière, on a échangé, on a bu plein d’autres bières, moi très fraiche et naïve, lui nettement moins. « Naïve » j’entends. On n’était même pas assis qu’il serrait la paluche à Pierre. Bordage. Qui, du coup, me l’a secouée aussi, et mon âme avec. Je serrais la main de Pierre Bordage, et je ne connaissais ce mec que depuis 5 minutes. Il m’a fait le coup tout l’après-midi, me baladant d’étoile en étoile (mes étoiles à moi), et là je n’ai trouvé qu’une échappatoire pour rester digne : boire. me saouler outrageusement. Et je ne vous dirai même pas avec qui nous avons dîné fort tard. Vous me détesteriez. Ce libraire, que je ne nommerai pas (ou peut-être que si), ne se rend peut-être pas compte à quel point cette soirée a compté pour moi, àbien des égards, et m’a définitivement convaincue que j’allais dans la bonne direction. Quand je serai grande, je serai libraire.

Let's Nooz again dans Nooz utopiales2009a1



Pour l'amour de la langue e... |
Laisse moi mettre des poème... |
Le Dragon de la Rivière |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | agnes2nantes
| Nothing to Say
| Au delà des apparences...